Voici les 3 résultats

Coopérer et mutualiser : Construire et animer un réseau

Plus qu’un effet de mode, dans une société où l’activité de veille et de gestion des connaissances sont en pleine expansion, le travail en réseau est une réalité de terrain dans de nombreux domaines de la vie sociale, économique, scientifique et technique. La question traverse le monde professionnel dans une visée stratégique, comme un mécanisme de soutien aux relations collaboratives. Les professionnels, tous secteurs confondus, sont donc largement encouragés à travailler en équipe, collaborer, former des partenariats…

Intelligence collective, coopération et travail en réseau sont des modalités de réponses aujourd’hui largement éprouvées, comme autant d’outils au service de la performance. Ils mobilisent un processus créatif dans les démarches de mutualisation, de co-conception et de résolution de problèmes.

Si le réseau s’impose comme une évidence dans les discours, il recouvre des formes variées et tout autant de niveaux de formalisation. Il renvoie à une idée de souplesse, tout en supposant un dispositif réfléchi, construit et organisé, nécessitant une réflexion sur son bien-fondé. Un réseau de professionnels ne se réduit pas à une somme de relations, c’est un système d’acteurs qui coopèrent, dans le cadre de communautés apprenantes ou d’experts…

Les enjeux de transmission des savoir-faire, d’expertise et d’innovation, se situent autour de la capacité à réunir les conditions pour initier et faire vivre dans la durée, un fonctionnement en réseau.

Cette formation propose d’apporter des méthodologies de travail aux professionnels concernés par la mise en réseau, au sens d’un système reposant sur l’enrichissement réciproque.

Évaluation de dispositifs et de projets : Enjeux et démarches

Pour se poser les bonnes questions et adopter une posture adaptée en termes d’évaluation.

L’évaluation est un sujet qui intéresse d’autant plus lorsqu’il s’agit de politiques publiques. Les interrogations sont nombreuses, portant notamment sur la façon de valoriser un dispositif ou l’intérêt de poursuivre ou non une expérimentation, mais les malentendus le sont également. Et ce, dans un contexte peu préparé aux pratiques d’évaluation, plus enclin à manipuler les indicateurs chiffrés. Au-delà d’une recherche d’optimisation des dépenses, la culture de l’évaluation gagnerait à se développer dans nos administrations, également dans une recherche de sens pour les agents qui œuvrent dans une logique de service public. Le chemin est long tant la complexité est au rendez-vous sur le plan du périmètre de l’objet d’évaluation, du système d’acteurs des parties prenantes, des intérêts et attentes de chacun, ainsi que sur le plan de la dimension politique.

Les finalités de cette formation sont les suivantes :

  • Contribuer au développement d’une culture de l’évaluation dans la fonction publique ;
  • Promouvoir des pratiques d’évaluation en dynamique associant les parties prenantes, et inscrites dans une vision durable des actions conduites.

Se mettre en projet collectivement : la méthodologie de projet en question

Concevoir un projet, avoir un projet, conduire un projet, se mettre en projet…

Peut-on échapper au projet ? Peut-on imposer un projet ?

Citoyen, usager, demandeur d’emploi, chef d’entreprise, manager, cadre, salarié…

Chacun à son niveau est sollicité voire contraint (notamment par la loi) à s’engager dans un projet.

Le recours à la démarche projet relève tout autant de la conception d’un programme qui guide l’action, que d’une démarche fédératrice, impliquante et facilitant l’ouverture vers du nouveau en termes d’innovation.  

Des résistances apparaissent, de façon plus ou moins fortes, face à l’injonction de mise en projet, de suivi de projet ou de sa mise en œuvre, produisant paradoxalement l’effet inverse attendu, en termes de démotivation.

De même la démarche adoptée semble se vider de son sens face à la complexité du projet. Quelles sont les conditions de réussite d’un projet ? Quels sont les facteurs fédérateurs ? Comment s’assurer de garder le cap ?

Les enjeux des projets varient d’un contexte à l’autre ; ainsi se combinent des enjeux individuels ou collectifs mais également, des enjeux existentiels, politiques, organisationnels ou opérationnels.

Les professionnels impliqués dans des projets, agissent trop souvent en prenant appui sur leur bon sens pratique pour impulser une démarche projet, construire les outils de suivi et en assurer la mise en œuvre.

Le cabinet ETCetera considère la démarche projet en tant que processus évolutif, prospectif et mobilisateur, dont la complexité mérite réflexion pour optimiser les pratiques de travail ensemble.